SOCIO : Drépanocytose et emploi – Faire appel à la MDPH

La drépanocytose est répertoriée dans le cadre des maladies dites invalidantes dans le classement des quatre grands types de Handicap [handicap moteur, psychique, sensoriel et invalidant]. Les maladies invalidantes sont des pathologies non visibles physiquement mais qui ont un impact sur la santé globale du patient. Ils peuvent générer des troubles anxio-dépressif associés.
Imprévisible, la maladie invalidante a un impact non négligeable sur l’environnement social de la personne.
Le terme de handicap désigne toute limitation d’activité, ou restriction de participation à la vie en société. Ce terme est utilisé pour parler d’un individu atteint d’une maladie invalidante, de façon temporaire ou non. C’est la raison pour laquelle une personne atteinte de la drépanocytose, par exemple peut avoir accès aux dispositifs d’aides et d’allocations de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).
Quelques exemples de maladies invalidantes : diabète, pathologie infectieuse (VIH, Hépatite), troubles musculaires ou respiratoires, drépanocytose…

Il n’est donc pas forcément évident de mesurer l’impact de la maladie sur la capacité de travail de la personne malade. C’est dans un sens de prévention des risques pouvant encourir la personne fragilisée dans son milieu de professionnel que la Reconnaissance Qualité Travailleur Handicapée (RQTH) a vu le jour. La première loi date de 1975, mais c’est surtout la loi de 1987 et enfin celle de 2005 qui protègent au mieux la personne en situation de handicap dans son environnement de travail.
Bénéficier d’une RQTH donne au travailleur bénéficiaire, la possibilité de pouvoir évoluer dans un environnement de professionnel le plus sécurisé possible par rapport à sa maladie. En effet, une personne employée avec une RQTH, a des restrictions médicales dont l’employeur doit tenir compte à la fois au moment de son embauche et au cours de l’évolution du poste dudit salarié. Ce, tout au long de son évolution professionnelle au sein de l’entreprise.

L’un des plus grands impacts de la drépanocytose dans le milieu professionnel est l’absentéisme inopiné du fait des crises imprévisibles. Mettre en place un protocole permettant de réajuster les tâches prises en charge en cas d’absence, permet de ne pas déséquilibrer le fonctionnement global de l’entreprise ou du service et surtout de garder une place valorisée auprès de ses collègues. De plus, un employeur prévenu et sensibilisé à la maladie dès le début de leur collaboration, réagira certainement de manière plus consensuelle, plutôt de se retrouver devant le fait accompli à gérer un employé malade et absent de manière répétée et inexpliquée.

La MDPH facilite les démarches des personnes en situation de handicap et de leur famille. C’est un organisme qui permet un accès unique, dans chaque département, aux droits et prestations prévus pour les personnes handicapées. Elle favorise l’accès à un appui dans la formation et l’emploi, et à un accompagnement par les établissements et services médico-sociaux.

Comment faire une demande de RQTH ?

Faire une demande de RQTH n’est pas compliqué. Il suffit de remplir le dossier MDPH et de cocher la case RQTH.
Votre médecin remplit le volet médical assorti au dossier de demande, ce dernier (un certificat médical) ne doit pas être daté de plus de 3 mois et le tout repart à la MDPH de votre département d’habitation pour être traité.
Une équipe pluridisciplinaire évalue vos besoins et propose des réponses à ces besoins pour renforcer ou préserver votre autonomie. Cette équipe mobilise différents professionnels ayant des compétences dans les domaines médical, paramédical, de la psychologie, du travail social, de la formation scolaire et universitaire, de l’insertion professionnelle… etc.

La commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH) prend les décisions relatives à vos droits sur la base de l’évaluation et des propositions formulées par l’équipe pluridisciplinaire et remet une décision et vous recevez à votre domicile une notification d’acceptation ou de rejet de demande.
Il est très rare dans le cadre d’une demande de RQTH pour la drépanocytose d’avoir un refus, mais cela peut arriver et il peut y avoir une réponse négative.
Cependant, si la décision de la commission ne vous satisfait pas, vous avez deux mois à compter de la date d’émission de la notification pour faire une demande de recours et être reçu par la Commission Départementale pour l’Autonomie des Personnes Handicapées (CDAPH).

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à aller sur le site de la MDPH de votre département, en général les choses y sont assez bien expliquées.
Si tout cela vous paraît encore abscons n’hésitez pas à revenir vers l’association, une professionnelle fera le point avec vous.

Partagez vos impressions